Rough et dessin

  • Logiciels utilisés:
    Photoshop, Illustrator
Inherent au process

J’utilise régulièrement rough et dessin pendant la phase avant projet. Loin d’être un exercice de style c’est avant tout un moyen de préciser une idée. Avec l’omniprésence des supports informatiques il est vrai que la tentation est grande d’évincer cette étape pour « gagner » du temps. Cependant si elle n’est pas nécessaire pour des projets ponctuels, cette phase de « pré-formalisation » (rough et dessin) s’avère souvent décisive lors de la phase de préparation de projets plus importants et permet in fine de gagner du temps.

Rough et dessin

Si dans l’univers de la presse le rough désigne les pré-maquettes réalisées au feutre en amont de la phase de production (dans mon cas il s’agissait de calibrage au feutre noir sur calques), en arts graphiques (publicité, communication, imprimerie) un rough est généralement une illustration sommaire, un premier « draft », destiné à donner un aperçu visuel d’une illustration ou d’une mise en page. Lorsqu’il s’agit de rough poussé ou rendering, il est préférable de faire appel à des illustrateurs spécialisés ; cela s’applique plus particulièrement à la phase préparatoire pour shooting photos et surtout dans l’univers du design produit.

Expérimentations

Même si Rough et dessin ne sont pas mes domaines d’excellence, j’apprécie lorsque l’occasion m’est donnée de m’y atteler. C’est souvent pour moi, l’occasion de nouvelles expérimentations. C’est également un bon moyen de « sortir de la boîte » et d’observer un projet sous des angles de vue différents.

Citation

« Commencez par avoir tort et subitement, tout est possible. Vous êtes dans l’inconnu. Il n’y a aucune façon de savoir ce qui peut arriver, mais il y a plus de chance que ce soit éblouissant que si vous essayiez d’avoir raison. Bien évidemment, avoir tort est un risque ».

Paul Arden

Related Entries